INSCRIPTION RAPIDE x

Vous connaissez déjà les trois premiers lettres de la référence de la formation et vous souhaitez vous inscrire rapidement:
Tapez ces trois lettres, puis choisissez une formation.

Actualités

« UN PEU D’HISTOIRE SUR L’AERONAUTIQUE NAVALE »

Vous partagez l’aventure d’Eugène Ely, ce pionnier, qui tenta le premier appontage de l’histoire, le 14 novembre 1910, avec le concours de la Navy, et notamment le Captain Chambers, Eugene Ely réussit le premier décollage d’un avion depuis un bateau. Son avion était un Curtiss modèle D, Albany Flyer, qui avait précédemment été utilisé par Glenn Curtiss lui-même en mai 1910 lors de son vol célèbre d’Albany à New York. Ely s’élance à 15 heures 16 minutes d’une plateforme longue de 25,30 mètres et large de 7,30 mètres érigée à l’avant du croiseur léger USS Birmingham (CL-2) mouillé devant Norfolk, Virginie. Avant le départ, la roue avant de l’avion se trouve à seulement 11 mètres du bord extrême de la plateforme. Arrivé au bout de la rampe, l’avion perd de l’altitude et les roues, les flotteurs et l’extrémité des pales d’hélice touchèrent l’eau. L’hélice endommagée provoqua des vibrations, mais Ely conserva le contrôle de l’appareil. Il se dirigea prudemment vers la terre ferme la plus proche. Il atterrit sain et sauf sur une plage à Willoughby Spit. Deux mois plus tard, le 19 janvier 1911, Ely pose son avion, un Curtis modèle D IV de l’armée, sur le USS Pennsylvania (ACR-4), dans la Baie de San Francisco, en employant pour la première fois la crosse d’appontage inventée par Hugh Robinson. Une plate-forme en bois longue de 36,60 mètres et large de 10 mètres avait été construite au-dessus de la poupe et de la tourelle arrière du croiseur. L’arrière de cette plate-forme était incliné. Des toiles étaient tendues à l’avant et sur les bords, masquant les superstructures et agissant comme un filet de sécurité. Le dispositif d’arrêt de l’avion était constitué de 22 câbles transversaux tendus entre des sacs de sable de 22 kg. Des madriers maintenaient les câbles légèrement au-dessus du pont, afin qu’ils puissent être accrochés par trois petits crochets placés entre les roues. L’appareil était muni de flotteurs sous les ailes inférieures. Par mesure de sécurité supplémentaire, Ely portait un casque de football américain et avait enroulé autour de son corps deux chambres à air de bicyclette, afin de flotter s’il tombait à l’eau. Des canots de sauvetage et une équipe de nageurs se tenaient prêts à le secourir. Malgré de mauvaises conditions météorologiques, Ely décolla de la base militaire Presidio de San Francisco et mit le cap sur le USS Pensylvannia. Au moment de l’appontage, le vent arrière tourna et vint de côté. Se présentant à la vitesse de 65 km/h, Ely cabra l’appareil pour perdre encore de la vitesse et accrocha le douzième câble et les suivants, et s’immobilisa à 15 mètres de la superstructure qui se dressait devant lui. Trois quarts d’heures plus tard, l’équipage avait fait pivoter l’appareil face à l’arrière. Ely redécolla de la plate-forme et regagna la terre ferme sans problème. Un héros était né !

S’ENGAGER DANS LA MARINE, C’EST : porter l’ancre sur son uniforme et dans son cœur être au service de la nation, en tout temps et en tout lieu être prêt à se battre pour son pays, le représenter et partager ses valeurs.

ÊTRE MARIN, C’EST : maîtriser son métier et son matériel transmettre son expérience aux plus jeunes pour avancer ensemble donner le meilleur de soi pour les autres et se préparer ensemble au combat.

INTÉGRER LA MARINE, C’EST : faire de son équipage sa famille, ses amis et sa force pour surmonter l’adversité sans jamais chavirer se remettre en question et entretenir ses capacités intellectuelles et physiques pour devenir meilleur chaque jour être déterminé à surmonter les difficultés et à affronter le danger.

L’alliance des airs et de la mer, c’est ce qui résume l’ADN des équipages de l’aéronautique navale. Les aéronefs (hélicoptères, avions de chasse, de patrouille et de surveillance maritime) offrent un spectre très large de métiers, alliant passion de l’aéronautique et esprit d’équipage. Seule une bonne connaissance de la mer, alliée à la maîtrise de l’outil aéronautique, permet de faire un bon marin du ciel. 

Ouvert à tous les jeunes âgés de 17 à 25 ans, le cursus EOPAN (Elève Officier Pilote de l’Aéronautique Navale) est accessible à tout jeune motivé au projet professionnel mature et réfléchi. 

Tous les baccalauréats sont acceptés et il n’est pas nécessaire d’avoir une expérience aéronautique préalable. La Marine recherche des candidats capables de se remettre en question et possédant une grande capacité d’assimilation. En phase de sélection en vol, certains élèves disposant de plusieurs centaines d’heures de vol, ont été écartés car ils n’utilisaient pas à bon escient leurs connaissances aéronautiques en vol.

 Les recrutements se font tout au long de l’année, pour in fine incorporer 3 promotions de 15 candidats par an (50 places ouvertes pour 2020). Il faut dissocier la phase de pré-sélection et celle de sélection.

La pré-sélection (4 à 6 mois) consiste à s’assurer des capacités intellectuelles, du niveau d’anglais et de la motivation du candidat. Elle commence dès lors qu’il se rend au CIRFA pour se renseigner. Après un entretien de motivation et si le profil du candidat correspond, il sera autorisé à déposer un dossier de candidature EOPAN. Il sera ensuite convoqué pour une série de tests à l’EIP/50S à Lanvéoc-Poulmic : test psychotechnique, tests d’anglais écrit et oral, entretien avec un psychologue, visite médicale, test sportif. Si les résultats sont concluants, il poursuivra la pré-sélection à Toulon pour une série de tests médicaux et psychologiques avancés, ainsi qu’un passage en simulateur de vol. 

Il ne faut pas craindre cette sélection. Au contraire, il faut la voir comme une chance donnée par la Marine à ceux qui veulent devenir pilote. En moins d’un an, les jeunes savent s’ils possèdent les aptitudes pour ce métier et ceux qui réussissent la sélection ont plus de 90 % de chance de réussir à obtenir leur brevet de pilote. Vous pouvez venir chez Air Training Academy situé à PARIS dans le 17ème arrondissement, nous vous préparerons aux tests psychotechniques, à l’anglais ainsi qu’aux entretiens individuels. Les professeurs, d’anciens militaires recruteurs, ainsi que les formateurs d’anglais, sont rompus à ces épreuves de sélection et sauront vous donner toutes les astuces et informations pour que vous puissiez passer cette sélection avec succès.

N’hésitez pas à nous contacter au numéro suivant : 01 75 43 79 00 ou par mail contact@airtraining-academy.com .

Laisser un commentaire

Je consens à l'utlisation de cookies (limités aux statistiques internes) sur ce site. Informations légales

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close